jeudi 9 août 2012

Les eaux mortes du Mékong de Kim Lefèvre


Quatrième de couverture
 
La jeune Mây, 15 ans, devine la présence de l'ennemi depuis la cave où elle se cache. De ce lieutenant français installé dans sa maison au bord du Mékong, Mây ne connaît que la voix... Prise dans le tourbillon de la guerre d'Indochine, face aux interdits que lui impose sa culture, Mây devra choisir entre son père, veuf inconsolé, et son amour pour le soldat français.
 
Mon avis
 
Ce livre est un réel coup de coeur ! J'ai découvert cette auteure ainsi qu'un petit bout de la culture vietnamienne avec beaucoup de plaisir.

En effet, j'ai trouvé l'écriture très agréable, on se laisse porter par le style fluide de l'écrivaine. J'ai beaucoup aimé le décor qu'elle a planté et les descriptions qu'elle en a fait. Loin d'être lourdes, je dirais même qu'il n'y en a peut-être pas assez mais j'ai réellement eu l'impression d'accompagner Mây le temps de ma lecture.

Evidemment, vous vous doutez qu'une fois entrée dans l'histoire, j'ai eu du mal à en sortir. C'est le genre de roman dont on n'a pas envie de voir arriver la fin. Les pages défilent sans qu'on ne s'en rende compte.

J'ai trouvé le personnage de Mây attachant. Cette jeune fille qui découvre l'amour et, en même temps, la haine m'a réellement touchée. Il est également question d'une belle amitié et d'une relation père/fille plutôt compliquée.

J'ai aussi beaucoup aimé la coupure des chapitres. La plupart du temps, ils ne sont pas trop longs mais ce qui m'a surtout plu, c'est le fait que nous lisions le ressenti des différents personnages tour à tour, face à une même situation. Cela donne du rythme mais pas seulement puisque cela permet également de mieux comprendre les personnages et d'ainsi, pouvoir s'y attacher plus.

Je pense que je vais continuer à découvrir cette auteure qui, jusqu'à présent, m'était totalement inconnue.


Editions Points
222 pages
6,50 €  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire