mardi 26 mars 2013

Mortelles voyelles de Gilles Schlesser


"J'ai toujours pensé que la beauté était un privilège empoisonné."

Quatrième de couverture

Oxymor Baulay le sait : ce manuscrit anonyme est un trésor. C'est l'histoire à la fois éblouissante et morbide, fascinante et inquiétante, d'un tueur en série surnommé Hamlet. A sa publication, la prose d'Hamlet agite le tout-Paris littéraire, et secoue bientôt toute la ville. Car Hamlet est bien réel. Et il le prouve, par le sang. Au coeur du texte, entre Shakespeare et Rimbaud, Oxymor mène l'enquête.

Mon avis

L'idée d'allier le genre policier au monde littéraire est ce qui m'a donné envie de lire ce livre. Je trouvais cela original et cela éveillait ma curiosité.

Malheureusement, en refermant ce roman, je dois bien avouer ne pas avoir été convaincue. Du tout. 

Aux premiers abords, j'ai trouvé le style d'écriture agréable, beau, soigné, poétique. L'auteur joue avec les mots et c'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié. Néanmoins, la poésie entre assez rapidement en contraste avec des passages nettement moins "jolis" mais tout de même rédigés avec style. 

Mais au fur et à mesure, ce style s'est alourdi. On est ensevelis sous les détails (noms, dates, lieux,...) ce qui m'a pas mal dérangée. C'est désagréable et j'avoue m'y être un peu perdue dans tous ces noms de rues de Paris,... 

A nouveau au début, j'ai cru que j'allais vraiment aimer cette lecture : dès les premières pages, nous sommes plongés dans le monde de la rue. Cela rendait le cadre et l'atmosphère très particuliers et, honnêtement, j'aurais préféré ne pas revenir chez les gens plus ou moins aisés et avoir à subir une ambiance citadine coincée (non, je n'aime pas les grandes villes où les gens sont complètement imbus de leur personne, préoccupés par leurs propres intérêts et fermés à ce qui les entoure (je n'énonce aucune généralité ici, juste une constatation que j'ai eu le déplaisir de faire à plusieurs reprises et cela sans pour autant dire que toutes les personnes vivant dans les grandes villes sont ainsi)). Bref, en restant dans le monde des sans-abris, je pense que le récit aurait gagné en simplicité et en légèreté (dans le sens où ces personnes vont à l'essentiel, n'ont pas de manière pour paraître et, de ce fait, ne sont pas chi*nts). Vous aurez compris, j'imagine, que je n'ai pas apprécié les personnages non plus...

De plus, l'enquête policière est vraiment longue à démarrer. J'ai eu le temps de beaucoup m'ennuyer avec ce roman qui m'aura finalement beaucoup déçue. Mon enthousiasme bel et bien présent au début de ma lecture n'a fait que diminuer au fil des pages jusqu'à ce qu'il n'en reste plus du tout et que je termine le roman en diagonale. 

Dommage.


Editions Points
277 pages
7 €


4/75, Paris


62. Un groupe d'au moins deux objets similaires


1/15

5 commentaires:

  1. je comptais le lire mais là, j'hésite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais peut-être que tu l'apprécieras, s'il fait partie de ta PAL, tu peux quand même essayer ;)

      Supprimer
  2. Je ne lis jamais de policier mais il est vrai que si le genre est mêlé à celui littéraire, peut-être que j'aimerai mais je préfère ne pas me lancer, vu ton avis lol!!

    RépondreSupprimer
  3. ps: je viens juste de voir que tu as mis mon blog sur le côté, j'ajoute le tien également car j'aime bien passer sur ton blog :D, bizz

    RépondreSupprimer