mardi 9 avril 2013

La Petite marchande de souvenirs de François Lelord


Quatrième de couverture

Dans une Hanoï endormie, ancienne ville impériale, devenue un des derniers musées vivants du communisme, Julien, le nouveau jeune médecin de l'ambassade de France, découvre chaque jour davantage un peuple marqué par l'Histoire. Aux abords du lac de l'Epée, il croise souvent une jeune fille, Lumière d'Automne, qui tente de vendre des souvenirs aux touristes. Malgré tous les interdits qui les séparent, ils commencent une conversation...

Peu avant Noël, une mystérieuse épidémie se déclare dans le service du professeur Dang, qui a pris Julien en affection. Tandis que la ville lentement se referme, Julien part en expédition sur la piste des premiers malades, alors que Lumière d'Automne, bravant l'interdiction de vendre, finit par être arrêtée par la police.

Vivre un grand amour, rester en vie, ne jamais reculer, Julien n'est pas sûr d'y parvenir, mais il a appris à toujours choisir la voie difficile, qu'il pense être celle du bonheur.

Mon avis

En lisant les quelques mots à propos de l'auteur au dos du livre, j'ai eu très peur en apprenant qu'il est médecin. J'ai craint que le côté scientifique se ressente dans le récit. Heureusement, mes craintes ont vite été écartées car j'ai rapidement eu le plaisir de découvrir une écriture fine et délicate. Les descriptions sont sans lourdeurs et permettent au lecteur de ressentir aisément l'atmosphère de ce pays qui m'était, jusqu'à lors, inconnu.

D'ailleurs, moi qui ne suis habituellement pas très friande des cultures asiatiques, j'ai tout de même apprécié en apprendre un peu plus sur les coutumes, l'histoire,... du Vietnam. 


Par rapport à l'histoire, je dois bien avouer être un peu déçue. J'ai trouvé qu'à la longue, malgré le style de l'auteur que j'ai apprécié, les descriptions prennent un peu trop de place par rapport à l'histoire en elle-même, aux faits. Car au final, le roman compte pratiquement 400 pages mais il y a un cruel manque de rythme et l'ennui a pointé le bout de son nez plus d'une fois. Je pensais trouver une enquête plus prenante par rapport à ce fameux virus, une romance un peu plus développée aussi.


Mais j'ai paradoxalement beaucoup aimé cette lecture car l'histoire m'a touchée. En apprenant la façon dont les gens (pauvres) vivent au Vietnam, la façon dont les gens sont dirigés par les autorités,... je me suis sentie particulièrement privilégiée d'avoir la vie que j'ai tout en ayant l'impression (je pourrais même dire la conviction) que ces personnes ont bien plus que nous car j'ai ressenti beaucoup de calme et d'apaisement au fil de ma lecture. Ils ont une vie plus saine et un sens des priorités bien plus sensé que ce que nous avons dans nos sociétés "riches". 


Et enfin, un petit mot à propos des personnages. Généralement, je m'attache bien plus facilement aux personnages féminins mais cette fois, c'est Julien qui a retenu mon attention. Je ne saurais dire exactement pourquoi, il m'a paru particulièrement humain (dans le sens empli d'humanité évidemment). Il a un petit quelque chose d'innommable qui m'a vraiment touchée. 

En quelques mots

Merci à l'auteur pour ce joli voyage dans un pays dans lequel les gens vivent si différemment de chez nous. 


Un grand merci à Livraddict et aux éditions JC Lattès de m'avoir permis de découvrir ce livre dans le cadre d'un partenariat.


Editions JC Lattès
382 pages
18 €


5/+75, Vietnam

2 commentaires:

  1. Je te remercie pour cette belle chronique mais je ne pense pas me laisser tenter par ce livre car l'histoire sur le vietnam ne m'interesse pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah en effet, je ne te conseille pas cette lecture alors ;)

      Supprimer